Le télétravail est de plus en plus en vogue : il permettrait de trouver un meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée, améliorerait la performance des employés et serait plus éco-responsable. Le télétravail serait-il l’avenir pour les entreprises qui veulent allier responsabilité et performance ?

télétravail bonheur

Au fur et à mesure que les technologies évoluent, la communication est de plus en plus simple, de plus en plus instantanée et de plus en plus efficace. Du même coup, les barrières qui faisaient obstacle au télétravail sont de plus en plus réduites. Désormais, grâce à Internet, au cloud, à Skype et autres outils de messageries, il n’est plus nécessaire d’être physiquement présent pour interagir avec ses collègues. Avec la généralisation du travail sur ordinateur dans beaucoup de sociétés de service, il n’est plus nécessaire de se déplacer au bureau pour accomplir le même travail.

De ce fait, le travail devient de plus en plus flexible, et le télétravail (ou telecommuting) devient de plus en plus fréquent. Il fait même partie des choses que tout employeur responsable se doit d’essayer de mettre en place dans son entreprise. Pourquoi ? Non seulement car c’est une pratique qui améliore la qualité de vie des salariés, leur performance, mais aussi l’impact environnemental de l’entreprise.

Bonheur, santé et équilibre vie privée – vie professionnelle grâce au télétravail

Le premier argument en faveur du télétravail est le plus évident : il permet de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. Selon une étude réalisée par une filiale de la RATP, un travailleur francilien passe en moyenne 1h30 dans les transports chaque jour. Combiné aux journées de travail, ce temps perdu dans les transports ne laisse pas beaucoup de place à la vie familiale, aux loisirs et au temps libre. 7 salariés sur 10 estiment manquer de temps dans leur vie quotidienne, et 89% d’entre eux considèrent qu’un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée les rendrait plus performant au travail, selon le Baromètre 2015 de la conciliation entre vie privée et professionnelle.

Un employé ayant la possibilité de télétravailler réduit son temps de transport, peut mieux gérer sa vie privée et est en conséquence en meilleure santé et plus heureux. Ils sont aussi moins enclins à démissionner et donc à fragiliser la stabilité de l’entreprise.

Le télétravail améliore la performance de l’entreprise et des salariés

Si le bonheur de vos salariés ne vous suffisait pas en tant que patron, voici une autre raison d’adopter le télétravail : la performance.

Une étude réalisée par l’Université de Stanford montre qu’un employé qui travaille de chez lui est en moyenne 13% plus productif qu’au bureau. Non, les employés qui travaillent de chez eux ne passent donc pas la journée devant la télévision, bien au contraire. Moins dérangés par les interruptions des collègues, les pauses cafés, ou les meetings qui se prolongent, le télétravailleur a plus de temps pour se concentrer sur son travail. L’Université d’Austin a également mesuré que les employés qui travaillent de chez eux passent en moyenne 6 heures de plus au travail chaque semaine que lorsqu’ils sont au bureau. Lorsqu’on ne perd pas 2 heures par jour en transport, on est plus enclin à faire des heures sup’.

Télétravail, adaptabilité et flexibilité

Télétravail adaptabilité flexibilité performance

Troisième raison de se lancer dans le télétravail : être une entreprise adaptable. La preuve l’hiver dernier aux Etats-Unis : alors que des tempêtes de neige empêchent des milliers de salariés de se rendre à leur travail, les entreprises qui avaient mis en place le télétravail ont pu, elles, continuer à travailler. Résultat : elles ont même été plus productives qu’elles ne le sont en temps normal car plus de salariés ont travailler de chez eux.

Le télétravail permet à une entreprise d’être adaptable : de modifier ses horaires en fonction des contraintes, d’organiser des vidéo-conférences rapidement au besoin et de répondre plus rapidement aux crises.

Combien rapporte le télétravail ?

Si tous ces arguments n’ont pas achevé de vous convaincre, peut-être que votre porte-feuille le fera. Le télétravail est rentable et cela permet de faire beaucoup d’économies.

D’abord pour l’entreprise, qui économiserait (d’après une étude Telework Research Network) près de 11 000 dollars par an et par employé qui télétravaillerait à mi-temps. La moitié de ces économies proviendrait des augmentations de productivité des salariés, mais près d’un tiers seraient dues aux économies d’électricité et d’entretien des bâtiments et aux divers frais de fournitures. Le reste serait attribuable à la baisse des absences et retards des salariés et à la diminution du turn-over.

L’employé économiserait lui aussi près de 6 800 dollars par an. Gardes d’enfants, déjeuners, nettoyage des vêtements de travail, transports et carburant sont autant de dépenses qui peuvent être réduites lorsqu’on travaille en partie de chez soi.

Économies d’énergie, environnement et télétravail

Enfin, ces économies se traduisent aussi sur l’environnement. Chaque employé qui ne se déplace pas au travail, c’est autant de carburant et d’énergie économisés. Aux Etats-Unis, on estime que si les employés qui le peuvent (soit 40% des emplois) télétravaillaient 1 jour par semaine, on économiserait environ 20 milliards de litres de pétrole par an, soit l’équivalent de 45 millions de tonnes de CO2 en mois dans l’atmosphère.

Actuellement, seulement 2% des salariés qui le pourraient, télétravaillent régulièrement, et cela laisse donc beaucoup de marge d’amélioration pour notre impact environnemental.

Les inconvénients du télétravail

Il faut toutefois garder à l’esprit que le télétravail n’est pas une pratique généralisable. Dans beaucoup d’emplois, notamment agricoles ou industriels, il est impossible de télétravailler. C’est une pratique qui est réservée aux secteurs des services, et là encore, cela peut poser certains problèmes. Il est par exemple plus difficile d’interagir avec ses collègues, et travailler en permanence de chez soi peut créer un sentiment d’isolement.

En tout cas, le concept se développe et mérite d’être essayé au moins partiellement dans les entreprises. A l’heure où le burn-out est un sujet de préoccupation de plus en plus fort pour la qualité de vie au travail, la flexibilité et le télétravail peuvent peut-être s’avérer être des solutions intéressantes, à condition d’être encadrées intelligemment.

Source