Les bourses sont vides, les cordons serrés, les vaches maigres. La France, en ce début d’année, ressemble à un puits sans fin.

 

Chaque ministère annonce des réductions budgétaires, chaque collectivité locale compte ses sous et même les candidats aux municipales essaient de limiter les promesses inconsidérées (sauf exceptions, on y reviendra). On ne sait plus comment on va se transporter demain. Les opérateurs des bus, tramways et autres métros crient famine (à lire ici), les élus en charge des réseaux urbains s’inquiètent des conséquences du passage de la TVA à 10% (voir ici la contestation des « bonnets verts »).

La région Ile-de-France a dû renoncer à l’une de ses mesures phare, le « dézonage » du pass Navigo, qui aurait assuré un tarif unique à tous les abonnés aux transports (c’est là). Quant aux ménages, ils ne vont pas beaucoup mieux, entre hausse des dépenses, menace du chômage et impôts à payer.

 

Lire la suite