La pause aura duré trois mois : sans surprise, la fin de l’aide gouvernementale sur les carburants a sonné le retour de la flambée des tarifs à la pompe. Mais ce n’est pas l’unique raison.

Ça n’a pas échappé aux automobilistes : le prix des carburants est reparti sévèrement à la hausse au début du mois de janvier 2012.

La fin de l’aide gouvernementale qui s’était traduite par une baisse des taxes sur les tarifs et par un effort des distributeurs sur leurs marges (jusqu’à -6 centimes), a pris fin début décembre 2012. Un mois plus tard, le retour de balancier, qui s’est amorcé progressivement, est donc logique.

 

Quatre a cinq centimes en plus à la pompe

Selon le site Carbeo, le  SP95 est pris près de 4 centimes en dix jours, passant d’un tarif au litre de 1,515 à 1,556 euro en moyenne, ce qui, pour un plein, généère un surplus de 2 euros. Même tendance pour le SP95-E10 (+ 5 centimes),  de 1,494 à 1,54 euro.

Le gazole reste moins cher mais il suit la même tendance haussière, de 1,360 à 1,386 euro sur la même période, soit plus d’un euro supplémentaire pour un plein de 50 litres.

La hausse fiscale n’est pas le seul facteur de cette nouvelle flambée : comme l’explique Carbeo, le cours du baril du pétrole a bondi en décembre (+7,3%) et poursuit sur un rythme soutenu en janvier 2013 (+3%). La situation géopolitique au Moyen Orient (tension sur l’Iran) explique l’emballement, comme le déséquilibre structurel entre l’offre, toujours décroissante (bien qu’on ignore tout des réserves et des stocks), et la demande grandissante des pays émergents.

La hausse du gazole en période hivernale s’explique aussi conjoncturellement : son prix est indexé sur le cours du fuel qui augmente toujours en hiver dans l’hémisphère nord.

 

Source