Selon une étude récemment publiée, les salariés américains, allemands et hollandais sont les plus heureux au travail.

Selon cette étude sur le bonheur des salariés, la France se classe 8e au niveau international. L’équipe Happiness Works de Nic Marks a évalué le bonheur au travail de plus de 23 000 salariés en activité en Europe, en Amérique du Nord et en Australie.
Le rapport révèle que les États-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas ont les salariés les plus heureux de tous les pays inclus dans l’étude, avec des scores respectifs de 71,8, 71,2 et 69,9 sur une échelle de 0 à 100, où 100 correspond aux salariés les plus heureux. Les pays où les salariés se disent les moins heureux au travail sont la France (63,8), la Belgique (65,2) et le Royaume-Uni (67,2).

L’étude montre que les principaux leviers de bonheur des salariés varient d’un pays à l’autre. En France, les 3 principaux identifiés sont « être traité équitablement et respectueusement », « le sentiment d’accomplissement » et « être fier de son entreprise ». « Etre traité avec équité et respect » est le vecteur de satisfaction que l’on retrouve en tête en France, donc, mais aussi en Belgique, en Allemagne et en Australie. Aux Pays-Bas, c’est « le sentiment d’accomplissement » qui prévaut.

 « Le bonheur des salariés est étroitement lié à la productivité et à la capacité d’innovation de l’entreprise », déclare Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France. « En général, les salariés satisfaits sont plus impliqués et motivés à réussir, ce qui contribue à la création d’un environnement de travail positif et très performant. En prenant le temps de donner leur feedback et des signes d’appréciation sincères, les employeurs et managers peuvent optimiser le niveau d’engagement et de satisfaction des salariés, et augmenter ainsi leur bien-être au travail. »